Démarche d'aide

 

Son originalité tient à la prise en compte des processus émotionnels dans les phénomènes de dépendance et d'attachement aux technologies numériques. Il semble plus efficace d'agir sur les comportements en comprenant les forces qui les animent.

Nos habitudes, nos comportements, ce que nous nommons si facilement "notre nature" sont très majoritairement construits sur la base de nos expériences, de nos apprentissages, de la socio-culture que nous avons intégrée.

Cette lente et puissante construction n'a lieu que sous l'égide de l'émotion. Recherche du plaisir, évitement de la peine, recherche d'un équilibre entre les deux, tels sont les ressorts qui nous animent et tels sont les principaux ingrédients de l'émotion.

 

La démarche comprend donc trois temps :

  1. Comprendre nos réactions émotionnelles
  2. Examiner nos habitudes pour envisager du choix
  3. Se fixer des objectifs écologiques et raisonnables

Comprendre nos réactions émotionnelles

Il s'agit de prendre conscience du processus émotionnel à la base de notre attachement.

Alors qu'elle traverse les millénaires, qu'elle est partagée par tous les êtres vivants, l'émotion demeure aussi intacte dans nos interactions avec les appareils sophistiqués de nos technologies numériques.

Bizarre non ?

On comprend bien la peur ancestrale face à une bête sauvage. La colère face à un envahisseur qui détruit les récoltes.

Mais la peur de perdre 150 grammes de technologie connectée ? La colère face à un avatar sans aucune réalité ?

Notre démarche va précisément chercher à mettre en relation une réaction émotionnelle souvent puissante face à un événement que l'on pourrait juger bénin et le processus émotionnel sous-jacent.

L'émotion est à l'origine de tous nos attachements.

Pour pérenniser notre équilibre, notre bien-être, notre plaisir, nous avons mis en place des solutions sous forme d'habitudes et de rapports avec des objets à qui nous donnons le pouvoir de nous protéger de la douleur, du manque, de la peur.

Dès lors, nous sommes très attachés à ces objets sans lesquels nous vivons l'illusion de ne pas pouvoir vivre.


Examiner nos habitudes pour envisager du choix

Il s'agit de faire le point sur les routines et les habitudes comportementales qui en découlent.

L'habitude est le pilote automatique de notre cerveau. Programmé pour maintenir le bien-être, le cerveau nous pousse à transformer la solution initiale qui a généré du le plaisir en habitude. La solution mise en place pour aller mieux s'est intégrée à notre vie. Elle devient une ancre qui nous permet de tenir malgré les courants contraires. 

Elle devient nous, notre nature. Elle ne fait plus l'objet d'évaluation ou de remise en cause. Mais est-elle adaptée à ce que nous sommes devenus, à ce que nous voulons devenir ?

La seule liberté dont nous croyons disposer consiste à faire un peu plus de la même chose. Sans la compréhension du processus émotionnel et sans une évaluation de nos routines, il est difficile de les changer.

"Si votre vie est faite d'habitudes-clés, il suffit d'en modifier un élément pour créer un cercle vertueux. En changeant de clés, vous ouvrirez des portes insoupçonnées"

Charles Duhigg

"Le pouvoir des habitudes"


Se fixer des objectifs écologiques et raisonnables

Il s'agit de se fixer des objectifs raisonnables et respectueux du processus émotionnel d'origine.

Une fois identifiés émotion et boucle de l'habitude, une stratégie d'objectifs peut être mise en place à condition que la finalité du processus émotionnel soit conservée et gardée en conscience.

Peut survenir alors un nouvel équilibre entre le stimulus d'origine et une autre façon de s'y adapter en pleine conscience.

A l'instar de la technique des "petits pas", chaque petit cailloux blanc ramassé sera un pas de plus vers la liberté et la conscience. Dans notre cerveau de nouvelles voies neuronales voient ainsi le jour comme des alternatives à "l'autoroute" de la dépendance. 

Dans tous les cas, c'est la préservation d'un équilibre écologique qui maintiendra la volonté d'évoluer en pleine conscience.