D'après vous, peut-on parler d'addiction à propos des jeux vidéo ?

 

 

C'est la réponse 1 la plus pertinente.

 

Commentaire :

Le 18 juin 2018, l’addiction aux jeux vidéo a été reconnue comme maladie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Intégrée à la Classification Internationale des Maladies (CIM) qui sert aux médecins et chercheurs, l'addiction aux jeux vidéo rejoint celles à la cocaïne et aux jeux d’argent.

L'OMS décrit l’addiction aux jeux vidéo en ces termes :

 

"Le trouble du jeu est caractérisé par un comportement de jeu persistant ou récurrent ("jeu numérique" ou "jeu vidéo"), qui peut être en ligne (sur Internet) ou hors ligne, se manifestant par:

1) Une diminution du contrôle du comportement de jeux (fréquence, intensité, durée, fin, contexte) ;

2) Le fait d'accorder une priorité accrue au jeu qui prime alors sur les autres centres d'intérêts et les activités quotidiennes ;

3) La poursuite ou l'escalade du jeu malgré l'apparition de conséquences négatives.

Le comportement doit être d'une sévérité suffisante pour entraîner une déficience significative de fonctionnement dans les domaines personnels, familiaux, sociaux, éducatifs, professionnels ou autres.

Le comportement de jeu peut être continu ou épisodique et récurrent.

Le comportement de jeu doit être normalement évident sur une période d'au moins 12 mois pour qu'un diagnostic soit attribué, mais cette durée peut être raccourcie si toutes les conditions de diagnostic sont remplies et que les symptômes sont sévères."

 

Dans un article du HUFFPOST en date du 22 juin 2018, Serge Tisseron fait les commentaires suivants :

  • L'addiction aux jeux vidéo n'est pas de même nature que celles liées aux substances toxiques qui nécessitent de s'arrêter définitivement pour guérir et ne pas rechuter. Alors que la guérison de l'addiction aux jeux vidéo n'implique pas un sevrage total, mais la capacité de renouer avec un usage modéré considéré comme normal.
  • La reconnaissance en tant que pathologie, largement relayée par les médias, risque de provoquer un affolement chez les parents et de susciter une vague de consultation ! Le danger sera que des médecins généralistes soient tentés de répondre aux angoisses des parents par diverses formes de prescription médicale, aux effets discutables pour des adolescents.
  • Le qualificatif "addiction aux jeux vidéo" risque de faire oublier qu'un tel symptôme trouve généralement son origine dans un problème non résolu. Les problèmes d'usage des mobiles surviennent souvent quand les enfants utilisent le numérique pour échapper à une difficulté. L'addiction se trouve dans le jeu vidéo, mais son origine est dans une difficulté jugée insurmontable qui a conduit le joueur à fuir dans les mondes numériques. L'essentiel est de s'attaquer aux problèmes sous-jacents susceptibles d'engendrer une implication nuisible dans le numérique afin de parvenir à surmonter ce comportement problématique.

Cette dernière notion est développée dans le livre "Garder le contrôle des écrans", dans la troisième partie du livre. Où il est expliqué comment une solution peut devenir un problème.

 

Retour