Parents et enfants ont-ils la même perception des risques sur les réseaux sociaux et Internet ?

 

 

C'est la réponse 3 la plus pertinente.

 

Commentaire :

Si l'on en croit des études récentes (comme l''étude de février 2018 de l'observatoire Bouygues Telecom), 81 % des 12-14 ans font montre de prudence et savent qu'Internet peut être "dangereux". Ils se déclarent informés et 93 % d'entre eux affirment avoir discuté avec leurs parents des dangers possibles et des précautions à prendre. 

Pour les 12-14 ans, le smartphone est un poste de télévision et une console de jeux. Et ils sont 78 % à utiliser les réseaux sociaux, Facebook, YouTube et Snapchat étant leurs préférés. Hyperconnectés, ils ne se sentent pas "accros", en tout cas pas plus que leurs parents ! Ce qui n'est pas l'avis de ces derniers qui considèrent pour 61 % d'entre eux que leur enfant utilise trop son portable.

 

Cette question pointe du doigt plusieurs paradoxes :

 

Nombre de jeunes pensent avoir une bonne connaissance et une bonne maîtrise de leurs usages connectés. Ils paramètres majoritairement leurs comptes en mode "privé" mais ne connaissent pas bien les règles réelles de sécurité et de confidentialité. Ils ne sont pas très vigilants sur les personnes qu'ils acceptent comme "amis". Ils méconnaissent les usages malveillants qui sont susceptibles de se produire et les conséquences à moyen ou long terme de leurs publications. Nombre d'enfants déclarent donc être au fait des risques qu'ils encourent sans les connaître réellement. Malheureusement, ce n'est qu'après avoir été victime de harcèlement, après avoir visionné une vidéo choquante (voire horrible), après avoir été victime de détournement d'image ou de message que les enfants et les jeunes prennent la mesure réelle des risques encourus.

 

Les parents se déclarent majoritairement préoccupés par les dangers potentiels que leurs enfants peuvent rencontrer sur Internet, mais ils sont une minorité à agir concrètement pour augmenter la sécurité (contrôles parentaux par exemple). Par ailleurs de très nombreux parents ont une méconnaissance importante de l'activité de leurs enfants sur Internet. Nombre de parents se déclarent soucieux de sécurité sans mettre pour autant en place des mesures de protection. Combien de parents savent-ils que la plateforme PHAROS qui a pour mission de modérer les contenus illicites (et dangereux) sur Internet reçoit 3 000 signalements par semaines ?

 

L'hyperconnexion, un peu partout dénoncée et pointée du doigt chez les enfants, est d'abord souvent celle des parents. Par exemple, les parents d'enfants de moins de 10 ans passent chaque jour autant de temps sur leurs écrans que les 18-34 ans ! Et les cadres apparaissent les champions toutes catégories de la consommation d'écrans. Nombre de parents dénoncent donc des usages numériques chez les enfants ou les jeunes dont ils sont, eux-mêmes, le plus flagrant contre-exemple ...

 

Retour