Fiche lecture du livre de Anne Peymirat :

"Débranchez vos enfants "

Extraits

Vous n’avez aucun souci si votre enfant regarde peu les écrans, arrête sans problème, ne réclame jamais ou presque, si votre adolescent fait passer ses devoirs, ses activités avant d’aller sur les écrans et arrête selon les règles définies.

 

Vous avez des problèmes légers si votre enfant a du mal à arrêter un écran mais finit par le faire sans trop de difficultés. Votre enfant connaît les règles, mais il essaie d’en demander plus, d’en faire, plus que prévu. Vous sentez que vous devez rester vigilant pour que cela continue à bien se passer.

 

Vous avez des problèmes sérieux et assez courants aujourd’hui si votre enfant connaît les règles, mais essaie de les contourner dès que possible, s’il a tendance à continuer à jouer et si vous devez insister pour qu’il passe à autre chose. Aussi vous êtes concerné si votre adolescent est sur plusieurs écrans en même temps, envoie parfois des textos pendant le repas ou lors de moments en famille. Vous êtes aussi dans cette catégorie si votre enfant préfère ou dit qu’il préfère du temps d’écran à des activités à l’extérieur en famille (même si au bout du compte, il s’amuse lors de ces autres activités).

 

 

Les difficultés sont sévères si votre enfant est très souvent sur un écran que ce soit avec vous, dans sa chambre, la journée ou la nuit ou si votre enfant a des réactions intenses chaque fois que vous lui demandez d’arrêter, par exemple, s’il est capable d’insulter, de taper ou de jeter des objets. L’enfant est presque toujours à la recherche d’un écran (par exemple, dès que possible, il va chercher votre téléphone dans votre sac ou prendre la tablette de la maison), ou il est tellement ingérable que les parents donnent un écran pour être tranquilles, sans quoi, ils ont l’impression d’être harcelés sans répit.

 

 

Fixer des règles :

 

C’est aux parents de fixer des limites, de leur apprendre progressivement à gérer leur temps et de leur donner de meilleures habitudes. Quand cela sera le cas, vous pourrez ne plus avoir de règles, ou en avoir moins. Mais tant que ce n‘est pas satisfaisant et que l’enfant a du beaucoup de mal à s’arrêter ou à avoir d’autres activités, les règles vous aideront à définir le cadre. Faire participer les enfants à l’élaboration des règles et/ou du contrat (ex : "Quand préfères-tu le WE utiliser ton heure de jeu vidéo ? »

 

Exemples de règles :

-          Les devoirs passent avant les jeux,

-          Planifier sorties ou autres activités avant les écrans,

-          Objets connectés portables rangés dans une « drop zone » (entrée ou salon)

-          Pas d’écran après 19.00 heures, plutôt qu’une heure différente chaque jour

-          Pas d’écran le matin (semaine d’école et vacances incluses)

-          30 minutes par jour les jours d’école et 1.00 heure les autres jours.

-      Les écrans restent à la maison quand on va au restaurant ou qu’on fait une sortie en famille.

 

Motiver son enfant avec la méthode du compliment descriptif :

 

Les punitions ne marchent pas car elles n’aident pas les enfants à prendre de bonnes habitudes. Sur les écrans, elles peuvent même être contre-productives.

Etre positif aide les enfants à l’être aussi. Faire des compliments descriptifs permet aux enfants d’être plus motivés pour suivre les règles sur les écrans.

Les compliments descriptifs détendent l’atmosphère à la maison.

 

Utiliser des récompenses :

 

Quelle est la meilleure récompense pour un enfant qui aime les écrans ? Du temps d’écran ! Plutôt que de considérer l’utilisation des écrans comme un acquis qui est vécu comme une injustice lorsqu’il est supprimé, donnez-lui en récompense de son comportement. Si l’enfant respect les règles que vous avez définies, il peut gagner du temps d’écran. S’il ne les suit pas, il ne les gagne pas. Par exemple, être poli, déposer son téléphone en temps et en heure fera gagner du temps d’écran.

 

Prise de conscience du temps d’écran :

 

Avec votre ado, notez sur une feuille la répartition de son temps par tâche sur une semaine : école, travail scolaire, TV, ordi, sport, repas, amis …

Additionnez le temps passé à chaque activité. Alors qu’ils ont l’impression de passer peu de temps sur les écrans, en cumulant tablette, DS, Télé, ordi et en ajoutant le temps passé chaque jour sur une semaine, ils réalisent que cela fait beaucoup par rapport aux autres activités comme le sport, l’école ou la vie sociale par exemple.

 

Remplacer les écrans par d’autres activités :

 

Tant que l’enfant sent qu’il y a une petite possibilité même infime pour qu’il puisse utiliser un écran, il ne va s’intéresser à rien d’autre et il cherchera à exploiter cette possibilité. A partir du moment où il est clair pour l’enfant que c’est un moment sans écran, il est détendu et ouvert à d’autres activités.

  • Remplacer le temps d’écran par du temps de qualité : du temps passé seul avec l’enfant pour jouer, discuter, bricoler, cuisiner, etc. 
  • Apprendre à l’enfant à jouer de manière autonome
  • Demander à l’enfant de participer davantage à la vie de la maison
  • Remplacer le temps d’écran par de l’activité physique
  • Remplacer le temps d’écran par le sommeil
  • Planifier des activités

Retour